Je reproduis ici le texte d’opinion qui a été publié dans le quotidien La Presse, le 5 mai dernier. Bonne lecture ! La santé des populations ne doit pas être sacrifiée au nom de l’austérité budgétaire ou de la morale